Questions autour des langues en migration

OBJECTIFS DE LA FORMATION

La question de la langue dite maternelle en migration soulève bien des interrogations. Mise entre parenthèses par souci d’intégration durant plusieurs décennies, elle réapparaît aujourd’hui timidement dans l’enseignement des langues et cultures d’origine. Pourtant depuis longtemps déjà, les linguistes et psychanalystes nous avaient appris les liens existants entre langue, culture et identité, ainsi que les rôles fondamentaux joués par la langue dite maternelle dans l’élaboration de la pensée et de la personnalité. Une prise en compte de cette dimension s’avère indispensable afin de parer à certains dysfonctionnements des processus affectifs et cognitifs chez certains enfants de migrants « interdits de langue maternelle ». Ceux-ci apparaissent souvent corrélés à une maîtrise insuffisante, une dévalorisation, voire une absence de transmission de cette « langue interdite ».

PUBLIC

Educateurs, Enseignants, Médiateurs-Traducteurs, Orthophonistes, Personnel hospitalier, Psychologues, Travailleurs sociaux …

PROGRAMME

Liens incontournables entre culture, langue et affect. Langue première et langue seconde, passage de l’une à l’autre. Langue et culture, langue et identité. Le bilinguisme : intérêts et limites. Attentes des parents, attentes de la société d’accueil. Investissements et rejets des apprentissages. Mécanismes psychologiques des acquisitions et conceptions culturelles.

INTERVENANTS

Mme DIOP BEN-GELOUNE Aminata, Psychologue Clinicienne, Psychanalyste, Docteur en Psychologie Interculturelle, Enseignante en psychologie Université Victor Segalen

M. Léonardo CIRNE, Psychologue Clinicien, Psychanalyste

DUREE

2 jours, le lundi 21 et mardi 22 juin 2018

COUT

A titre individuel : 150 Euros.
Au titre de la formation professionnelle : 260 Euros.